Stress, chips et filet de saumon

01.05.2013

Pensez à la dernière fois où vous avez vécu une journée difficile au travail. Pour quelque raison que ce soit. Peut-être des conflits, un projet qui n’avance pas, une surcharge de travail. La raison importe peu, puisque le résultat est le même. Stress et re-stress. Parfois ça se poursuit jusqu’au retour à la maison. Ai-je besoin de dire le-mot-qu’il-ne-faut-pas-prononcer: pont.

 

De retour chez vous, les deux hormones de stress ont déferlé allègrement dans votre organisme. La première, l’adrénaline, fait pomper votre coeur et augmente votre tension artérielle. Elle vous place sur le pied de guerre. Vous êtes alerte tel un lion prêt à bondir sur un filet de gazelle. La deuxième hormone sécrétée, plus méconnue, s’appelle cortisol. On a tout intérêt à apprendre à la connaître celle-là puisqu’elle est responsable de bon nombre de ravages reliés au stress chronique. Sonia Lupien, chercheuse sur le stress, a baptisé le cortisol l’hormone espionne. En effet, on ne la sent pas agir, contrairement à l’adrénaline dont les effets sont perceptibles. Le cortisol agit surtout en activant ou désactivant certains systèmes et fonctions du corps. Tout ceci pour nous aider à faire face à la menace. Hop, activation du système de sudation (bonjour les mains moites), désactivation du système salivaire (bousse chèche, non, bouche chesse, enfin, vous voyez ce que je veux dire). Parmi les autres systèmes désactivés, notons la digestion et la reproduction. Oui. Ça explique bien des choses me direz-vous. En effet, que je vous répondrai.

 

Mais revenons chez vous après cette dure journée. Vous prenez le temps de vous asseoir et de vous reposer un peu. Puis, bang. Une furieuse et incontrôlable envie de vous perdre dans le sac de chips. D’en voir le fond. D’avaler rageusement chacune de ces merveilles dorées. Pourtant, vous aviez prévu manger un filet de saumon. Il est là à vous attendre dans le frigo, tristounet. Il restera seul ce soir. C’est comme si vous ne contrôliez plus votre main bionique qui fait des allers-retours frénétiques dans le sac. Vous risquez l’overdose de sodium et de culpabilité, mais au diable, ça fait du bien! Me croiriez-vous si je vous disais que cette rage de chips, ce n’est pas seulement à votre manque de volonté qu’il faut l’attribuer. L’autre responsable, c’est, je vous le donne en mille: le cortisol. Encore. Hyperactive cette hormone. Vite, du Ritalin. Non seulement le cortisol nous aide à faire face aux menaces, il nous aide aussi à récupérer par la suite en activant la faim et la soif après une "grosse journée". Le hic, c’est que nos grosses journées ne sont plus ce qu’elles étaient dans le bon vieux temps. Elles sont plus taxantes mentalement mais beaucoup moins sur le plan physique, nos années de chasseurs-cueilleurs étant derrière nous depuis des lustres. Cependant, le cortisol envoie toujours ce satané signal "mange-comme-s’il-n’y-avait-pas-de-lendemain". Mais il y a un lendemain. Surtout pour notre pauvre foie.

 

Alors que faire? Reconnaître les signes de stress rapidement. Prendre une pause pour respirer et reprendre le contrôle. S’activer physiquement pour dépenser l’énergie. Et acheter la version cuite au four, teneur réduite en sodium, sans cholestérol…pour accompagner le filet de saumon.

Tags:

Please reload

Articles en vedette

Parlons de notre passion en compagnie du très inspirant Guy Corneau

05.12.2014

1/2
Please reload

Articles récents
Please reload

Recherche par catégorie
Please reload

Suivre Kathryn Peterson
  • LinkedIn Vintage Stamp
  • YouTube Vintage Stamp
  • Facebook Vintage Stamp

Bureau

403-4550 2ème avenue 
Montreal, QC   H1Y 0B2

Canada

Contacts

 

Kathryn Peterson                  514-594-9078

                        

  • LinkedIn Vintage Stamp
  • YouTube Vintage Stamp

© 2020 

Groupe Conseil CLE

Contacter le webmestre